“Une faim de loup”

Depuis un mois, Annabel Jouison a ouvert les portes d’Une faim de loup, salon de thé lumineux, à peine plus grand qu’un mouchoir de poche où se retrouvent au petit matin, les marchands de la place St-Michel pour boire un premier café. 

Bien avant de savoir qu’elle s’installerait ici, place Canteloup, elle avait déjà en tête ce nom. Alors quand l’agent immobilier lui a proposé ce petit local au pied de la flèche, après de longs mois de recherches infructueuses, elle s’est dit que cet écho était un signe. Que ce loup-là serait le bon. 


« Ouvrir un café de proximité avec une touche un peu moderne était le projet qui me trottait dans la tête depuis un moment. Le plus dur a été de trouver un lieu », raconte celle qui après plusieurs expériences dans la restauration, est retournée sur les bancs de l’école. En l’occurrence, une licence Entrepreunariat à l’IUT de Bordeaux Bastide. « Je voulais être sûre d’avoir en main tous les aspects pratiques avant de me lancer ». 

 À midi, cette presque trentenaire qui a déjà beaucoup voyagé, en Amérique du Sud, en Asie, pour à chaque fois de longs périples, propose des assiettes où tout est fait main, sur place, autour de 10 euros. Est-ce ses voyages ou sa grande gourmandise, peut-être les deux à la fois… mais les pâtisseries qu’elle prépare, très largement inspirées de son goût pour la cuisine californienne, ne portent pas que des noms qui claquent. Les Millionaire Shortbread, les Key line Pie et autres Cup Cake qui trônent sur son comptoir bleu canard, viennent confirmer que le lieu porte décidément bien son nom.

Quitterie Bernard

Article paru dans S.O. le 13/12/16 


Une Faim de loup : 17 place Canteloup à Bordeaux 


Using Format