Elles partagent la mémoire collective

Journaliste, Philosophe, Elles organisent des rencontres pour garder trace du passé des quartiers de la gare. A la clé, l’éditions d’un recueil d’histoires et d’images.


« Racontez-nous ! » est né sur un bout de trottoir de la rue Bauducheu. Une discussion entre habitantes et amies dans cette rue à deux pas de la gare Saint-Jean. En tête, le constat d’un besoin de parler des mutations du quartier, notamment chez les personnes âgées. Et la nécessité de garder des traces du passé. Après réflexion, l’idée d’ateliers participatifs autour de la mémoire des quartiers Saint-Jean, Sacré-Cœur, Belcier et Carle Vernet, aujourd’hui en pleine transformation, s’est imposée comme une évidence. 


Un projet de rencontres sur deux ans, avec à la clef, un livre, recueil de souvenirs et d’histoires. Un portrait éclectique et ludique de l’identité de ces quartiers. Première étape : ces mois de novembre et décembre, chaque vendredi après-midi, Florence Louis qui anime l’association Philosphères et Marianne Peyri, journaliste indépendante, donnent rendez-vous aux habitants de Saint-Jean et du Sacré-Cœur pour évoquer ensemble leurs souvenirs, spontanés ou à partir de clichés dénichés dans les archives personnelles. 

“Retrouver les lieux qui structuraient la vie du quartier”

« L’idée est de se rappeler les lieux importants qui structuraient la vie de ces quartiers durant le XXe siècle : les places, les cafés, les usines, les commerçants, de replonger aussi dans les modes de vie et cerner leur évolution au fil des décennies, d’évoquer des événements marquants» raconte Florence Louis. La semaine dernière avait lieu le premier RDV au Café-restaurant le Méditerranée, rue Furtado. « On sent le plaisir que chacun prend à replonger dans le passé et la parole des uns fait surgir celle des autres. On écoute des témoignages du quotidien, riches et variés quand d’autres arrivent avec des recueils de documents inédits », poursuit Marianne Peyri. Outre ces premières rencontres plus axées « Sacré-Cœur », d’autres suivront – une trentaine au total — jusqu’à juin 2018, notamment sur Belcier. 

Using Format